Objectif : Economies d\'énergie

Objectif : Economies d\'énergie

Le marché de la Pompe à chaleur en France

Les segments de Marché de la PAC

Le marché de la PAC est divisé en 2 segments majeurs:

- La géothermie (on récupère les calories du sol (eau/terre)

- L'aérothermie (on récupère les calories de l'air)

 

La géothermie est très efficace mais très onéreuse

L'aérothermie est efficace, onéreuse et réversible (elle apporte chaleur en hiver et rafraichissement en été).

La pompe à chaleur Air/Air a mauvaise presse car elle est un dérivé de la climatisation, elle est à ce titre pas considérée par les puristes comme une véritable pompe à chaleur.

Pour les pragmatiques un poil iconoclastes (comme votre serviteur), le réversible Air/Air est un très bon produit qui apporte confort, un rendement fort appréciable (COP de 3 à 4) et reste sur le même principe thermodynamique que toute les autres pompes à chaleur... 

 

 

 

Le marché de la PAC en 2010

Selon l'enquête annuelle d'Ob-serv'ER réalisée pour l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe), le nombre de PAC géothermie  (incluant les PAC hydrothermiques) vendues a baissé de 21 % entre 2009 et 2010 après avoir déjà subi une baisse de 28,6 % entre 2008 et 2009. Le nombre d'unités vendues est en effet passé de 21 725 en 2008 à 15 507 en 2009, puis à 12 250 en 2010. Il est intéressant de noter que la France reste le principal marché européen des PAC hydrothermiques (eau-eau).


Ce succès s'explique en partie par la garantie Aquapac, créée par l'Ademe, le BRGM et EDF, qui prend en charge la couverture financière du risque géologique lié à l'utilisation des nappes d'eau souterraines de faible profondeur.

 

Les raisons de cette faiblesse

Selon l'AFPAC (Association française des pompes à chaleur), la crise économique qui frappe le pays est la principale explication à cette diminution du marché. Depuis 2009, beaucoup de ménages français ont reporté ou renoncé à leurs investissements dans l'immobilier, et par conséquent dans le secteur du chauffage. La diminution sensible du prix du pétrole a également incité les consommateurs à se tourner vers les chaudières au fioul.

 

Le crédit d'impot une arme à double tranchant

La décision du gouvernement de maintenir en 2010 le crédit d'impôt à 40 % pour les PACg et d'inclure les coûts des sondes géothermiques dans le calcul du crédit d'impôt n'a pas enrayé la diminution du marché. La baisse du crédit d'impôt sur les PAC aérothermiques de type air-eau, qui est passé de 40 % à 25 % en 2010, a eu comme conséquence de diviser par deux les ventes de ce segment de marché, qui sont passées de 107 730 unités en 2009 à 58 150 unités vendues en 2010.

 

Un paradoxe qui pourrait s'expliquer...

Paradoxalement, c'est la technologie des PAC air-air, qui ne bénéficie plus de crédit d'impôt, qui s'en sort le mieux (+ 14 % entre 2009 et 2010, soit 106 050 unités vendues en 2010).

On peut expliquer ce paradoxe par la qualité de ces produits et le bénéfice client.

La technologie Air/Air comme je le disais précédemment apporte beaucoup de confort en été comme en hiver. De plus l'arret du crédit d'impot a fait fuir les réseaux de vente directe qui pratiquaient des prix exhorbitants. le marché s'est depuis calmé et retrouve ses fondamentaux et une croissance régulière.

 

 Frédéric Wassner - Nextwatt

 



14/10/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 36 autres membres