Objectif : Economies d\'énergie

Objectif : Economies d\'énergie

Les travaux économies d'énergie en France en 2010

Stabilité des travaux d'amélioration en 2010

Selon l'Ademe en 2010 14,4% des foyers ont réalisé des travaux de maitrise de l'énergie, proportion stable par rapport à 2009 (14,8%). C'est assez étonnant, on aurait pu penser qu'avec l'augmentation du prix de l'énergie, plus de foyers réaliseraient des travaux d'amélioration énergétique de leur habitat. Plusieurs explications possibles, d'une part, en 2010 le prix du fuel a régressé du fait de la baisse de la demande liée à la baisse d'activité (la crise) et d'autre part, ces travaux sont considérés par les français comme de l'investissement long terme et donc sont sujets à stabilité, car moins dépendant de mouvements conjoncturels.

 

Une facture moyenne en  diminution : 4396 €

Sur 26 millions de foyer, l'objectif du grenelle de 400 000 logements est pratiquement atteint. Qualitativement, l'ampleur des travaux est modeste et encore loin de la rénovation énergétique : Le panier moyen est de 4396 €.

D'autre part on constate une diminution de l'enveloppe des travaux de plus 10% par rapport à 2009.  c'est certainement un effet combiné de la crise qui réduit le pouvoir d'achat des ménages et la baisse du crédit d'impôt qui a un effet mécanique sur le prix de vente des travaux et la marge des entreprises.

 

La recherche de l'efficacité plutôt que le spectaculaire

Près de 80% de ces travaux intègre des travaux d'isolation, soit une très grande majorité.

et 33% intègre une amélioration du chauffage et de l'eau chaude.

Le marché prend conscience des enjeux et commence par les travaux les plus efficaces et les moins onéreux.  Plus efficace ne veut pas dire plus spectaculaire, en effet un foyer qui remplace une chaudière fuel par une pompe à chaleur aura une diminution de près de 70% de sa consommation énergétique mais dans le même temps il n'aura pas réduit sa déperdition.

Et c'est là qu'intervient l'isolation, et les Français ne s'y sont pas trompés, l'isolation des fenêtres permets de réduire de 15% ses déperditions, les combles près de 25%. Et quoiqu'on en dise la meilleure énergie est celle qu'on ne consomme pas !

 

Les motivations 

La réduction de la facture énergétique est la première motivation : 46% des foyers l'a juge excessive. Puis vient l'amélioration du confort. On retrouve les mêmes besoins que recensés en 2008 : L'écologie vient certainement en 3ème position, on fait des travaux en premier lieu pour son porte monnaie (le retour sur investissement) puis pour son confort et après pour la planète.

 

Frédéric Wassner

Nextwatt


  



06/12/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 36 autres membres