Objectif : Economies d\'énergie

Objectif : Economies d\'énergie

Rénovation de la chaufferie : jusqu’à 50% de réduction

L’association Energies et Avenir* présente une étude qui vise à identifier les solutions de rénovation énergétique les plus performantes dans les immeubles collectifs à chauffage collectif (chaufferie ou réseau de chaleur). Elle démontre que les bâtiments dotés d’un système de chauffage central peuvent atteindre de hauts niveaux de performance, « HPE rénovation » et « BBC rénovation » pour un coût raisonnable.

 

Les bouquets de travaux les plus performants comprennent à la fois la rénovation de la chaufferie et le traitement au moins partiel de l’enveloppe (Isolation).

Dans la plupart des cas, le label « HPE rénovation » peut être atteint par la rénovation de la chaufferie seule, et permet déjà de réduire la consommation énergétique jusqu’à 50% par rapport à la consommation initiale. Ce niveau est accessible avec un investissement inférieur à 6 000 € par logement et le label « BBC rénovation » avec moins de 19 000 €.

 

Les simulations montrent ainsi que tous les investissements nécessaires à la rénovation énergétique des bâtiments collectifs à chauffage collectif peuvent être couverts par le biais d’un éco-prêt logement social (allant de 9 000 € à 16 000 € par logement) ou d’un éco-prêt à taux zéro étendu à une copropriété (20 000 € à 30 000 € par logement).

 

Dans le cas spécifique des bâtiments chauffés par un réseau de chaleur urbain, le « HPE rénovation » peut être atteint avec un investissement inférieur à 3 000 € et le « BBC rénovation » avec moins de 17 000 €.

 

Ainsi les simulations réalisées démontrent que les solutions intégrant des bouquets de travaux « chaufferie » ou « chaufferie + toiture » offrent le meilleur rapport investissement/ performance. Les coûts du kWhep économisé pour ces deux solutions se situent autour de 0,20 € et 0,30 €.

 

Quelles que soient les spécificités du bâtiment, la rénovation de l’installation de chauffage et de production d’eau chaude sanitaire doit être associée au traitement du bâti pour l’atteinte du label « BBC rénovation ».

 

 La polyvalence de la boucle à eau chaude permet de répondre à certaines contraintes architecturales qui peuvent limiter les possibilités de rénovation de l’enveloppe. La combinaison d’une chaudière à condensation avec un chauffe-eau solaire collectif (CESC) et de la rénovation du bâti peut, par exemple, réduire la consommation énergétique d’un immeuble de 64% à 77% par rapport à la consommation initiale.

 

Les spécificités des équipements de chauffage récents offrent une réelle évolutivité permettant de moduler leur puissance en fonction de la réduction future des besoins énergétiques. Ainsi, il est indispensable pour les propriétaires d’adopter une démarche globale, cohérente et à long terme, pour leurs différents travaux de rénovation.

 

« Les logements collectifs équipés d’une boucle à eau chaude représentent près de la moitié du parc collectif français et offrent un gros potentiel en termes d’économie d’énergie. Il s’avère que la boucle à eau chaude est un vrai atout pour améliorer la performance énergétique d’un immeuble collectif et que le traitement des postes du chauffage devient incontournable si on vise les labels HPE ou BBC. De plus, ces investissements permettent non seulement aux propriétaires de réduire leurs factures énergétiques mais surtout de valoriser leur patrimoine. Conscients de ces enjeux, les professionnels de la filière à eau chaude disposent du savoir-faire et de la compétence pour relever ces défis », souligne Hervé THELINGE, président d’Energies et Avenir.

 

* Créée en 1991, Energies et Avenir est une association qui regroupe l'ensemble des professions de la filière du chauffage à eau chaude. Elle réunit les fournisseurs d'énergies, les organisations professionnelles du bâtiment, de l'exploitation maintenance et entretien, ainsi que les fabricants et distributeurs d'équipement : l’ACR, l’AFG, la CAPEB, le CFBP, Chauffage Fioul, le CTCC, la FF3C, la Fedene, la FNAS, Profluid, l’UECF-FFB, l’UNCP-FFB et UNICLIMA. La filière chauffage à eau chaude représente aujourd'hui un chiffre d'affaires de 90 milliards d'€ et emploie 300.000 personnes en France. Il s'agit d'un gisement d'emplois de proximité et non délocalisables.

 

Source : www.energies-avenir.fr

 

Plus d'info sur les économies d'énergies Nextwatt



15/03/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 36 autres membres